Je suis devenue femme fontaine à 47 ans

Je vais vous raconter quelque chose qui s’est passé dans ma vie lorsque j’ai eu 47 ans. Cela a été un tournant décisif dans ma vie sexuelle qui a changé énormément de choses. Je m’appelle Monique et j’ai aujourd’hui 55 ans. Et je suis devenue une femme fontaine à l’âge de 47 ans.

J’ai eu une vie sexuelle totalement normale. Au risque d’en décevoir certains, je n’ai eu aucun amant, aucune expérience bizarre, je ne suis jamais allée dans des clubs libertins et n’ai jamais été exhibitionniste. Lorsque mon mari est décédé il y a de ça 10 ans maintenant, ce n’est bien évidemment pas le sexe qui m’a le plus manqué. Mais les années ont passé et au fil du temps j’ai repris plaisir à me toucher et à me caresser. Ne serait-ce que sous la douche, j’aimais beaucoup prendre une éponge qui sert pour le gommage, et me la passer sur le bout des tétons ainsi que sur le clitoris. Je me suis aussi acheté une tondeuse intime et au lieu de me tailler le maillot comme je le faisais d’habitude, j’ai décidé de me raser complètement le pubis. Me voilà donc à 47 ans avec une chatte lisse aussi lisse que celle d’une fille de 20 ans.

Puis je me suis mise à surfer sur Internet pour aller regarder des vidéos pornos. J’en regardais de plus en plus et je devenais complètement accro. Je regardais un petit peu ce dont j’avais rêvé dans ma vie, si je peux parler ainsi. J’ai donc pris le parti de rattraper ce retard sans avoir aucun manque de respect bien évidemment envers mon mari. La première étape a été de m’acheter des Sex Toys sur une boutique en ligne. J’étais livrée rapidement et j’étais excitée comme une puce. J’ai fermé les volets de la maison, coupé le téléphone, pour être totalement tranquille. Je me suis allongée nue sur le lit et j’ai écarté les cuisses. J’ai toujours eu tendance à être sèche, et ce jour-là je ne savais pas ce que j’avais car la mouille me coulait entre les cuisses. J’en ai donc profité pour me doigter toute seule avant de m’enfoncer lentement mais sûrement mon premier vibromasseur. Je ne connaissais pas cette sensation et les vibrations ont envahi mon bas ventre et m’ont donné un premier orgasme. Cela a été le premier d’une longue série car cette nuit-là j’ai dû jouir plus d’une dizaine de fois.

Au bout du quatrième orgasme, je mouillais de plus en plus. Je me suis sentie tellement gourmande, que j’ai utilisé un gode Rabbit c’est-à-dire qu’il y a le gode vibromasseur qui rentre dans le vagin ainsi qu’un petit ergot avec des oreilles de lapin qui vient titiller le clitoris. Cet orgasme-là a sonné le début d’une nouvelle ère sexuelle en ce qui me concerne. Lorsque le plaisir est monté, j’ai senti qu’il était différent. J’ai alors éjaculé une telle quantité de mouille que j’ai inondé la vitre de la télé qui se trouvait à plus de 2 m de là. J’étais complètement séchée et épuisée par cet orgasme. Mais je voulais en connaître de nouveau et j’ai recommencé, recommencé jusqu’au bout de la nuit. Cette nuit-là, j’ai perfectionné ma façon de me donner du plaisir en solitaire et j’arrive maintenant à éjaculer de grosses quantités de mouille à la demande.

Cela fait maintenant 10 ans que mon mari est mort, et j’ai décidé qu’il était temps pour moi de refaire l’amour avec un homme. Sauf que cette fois-ci, il aura l’agréable surprise de voir que la femme mure de 55 ans que je suis, est en réalité une femme fontaine qui inonde tout sur son passage avec sa mouille grasse.