Je suis une rare femme qui mouille de l’anus

Je voudrais confesser aujourd’hui une particularité anatomique qui est très importante pour moi mais quelquefois très gênante. Le but de cette confession intime sur votre blog n’est pas d’exciter les hommes et femmes outre mesure, mais plutôt de partager avec vous un petit peu de mon intimité.

Je m’appelle Sandra et j’ai 32 ans. Je suis en couple sans être mariée et j’ai une activité sexuelle normale. Mais depuis quelques mois, je me suis aperçue que je mouillais de l’anus. Mon copain m’a beaucoup sollicitée pour que nous fassions de la sodomie et du sexe anal. Je n’étais pas très attirée par cette pratique mais j’ai bien cédé une ou deux fois de temps en temps pour lui faire plaisir. Mais depuis, je me mets à mouiller énormément du conduit anal. Je me suis posé tellement de questions à ce sujet que je suis allée consulter sur Internet et que je suis allée voir mon médecin.

En fait cela s’est produit la première fois alors que j’étais au bureau. J’étais en pleine réunion et je m’ennuyais à mourir. J’ai donc pris mon téléphone portable et me suis mise à regarder quelques photos coquines que nous avions faites avec mon conjoint. J’étais donc très excitée et ma chatte s’est humidifiée. Je me suis surprise à mouiller aussi de la rondelle. Sur le coup, j’ai cru avoir un problème intestinal et suis sortie de cette réunion pour aller dans les toilettes. J’ai baissé ma culotte pour vérifier l’état de ma croupe. J’étais bien détrempée de la chatte mais je l’étais aussi du cul. Ce n’était absolument pas des choses sales, mais bel et bien de la mouille. Comme c’était la première fois, je n’y ai pas trop prêté attention.

Si ce n’est que le lendemain, lorsque mon compère m’a chauffée pour que nous fassions l’amour de manière anale, j’ai encore eu cette lubrification naturelle qui est survenue. Il a cru que j’avais mis du gel et je n’ai pas voulu lui dire le contraire et c’est passé comme une lettre à la poste dans tous les sens du terme. Comme je vous l’ai dit plus haut, je me suis renseignée sur Internet j’ai consulté en même temps mon médecin. C’est très délicat de parler de ces choses-là à son médecin traitant qui me dit que la lubrification naturelle des intestins était une chose normale. Et tout comme le principe de ce que l’on appelle les femmes fontaines, cela dépend de l’anatomie de chaque femme. Dans l’absolu, toutes les femmes peuvent éjaculer de la mouille de la chatte, et de l’anus. Mais seulement très peu d’entre elles en sont réellement capables.

Quoi qu’il en soit, je ne suis peut-être pas une femme fontaine au niveau vaginal, je suis ce qu’on appelle une femme fontaine anale. Ceci étant dit, je suis particulièrement ravie d’avoir cette subtilité anatomique car cela me permet de donner pleinement satisfaction à mon homme en le laissant me faire l’amour par la porte de derrière.

Je serais tout de même ravie de discuter d’échanger avec des femmes ou des couples qui seraient dans la même situation et qui pourraient me donner des conseils à ce sujet.